Skip to main content
SearchLogin or Signup

Comment les pratiques de mindfulness sont abordées dans le monde de l’entreprise ? - Arnaud Complainville 

Published onJun 05, 2020
Comment les pratiques de mindfulness sont abordées dans le monde de l’entreprise ? - Arnaud Complainville 

Arnaud Complainville

Arnaud est directeur associé de l'Institut NeuroMindfulness et ancien cadre international en stratégie d’entreprise. Avant de co-fonder l’Institut NeuroMindfulness, Arnaud a travaillé comme consultant pour le Boston Consulting Group et a occupé plusieurs postes de cadre supérieur dans le secteur de la santé (Cephalon, LFB, Therabel). Il a à la fois une formation scientifique (titulaire d’un doctorat en biologie moléculaire et cellulaire), un master de l’Ecole Normale Supérieure à Lyon et une formation commerciale (MBA de HEC Paris). Arnaud a suivi une formation de consultant en coaching évolutif et en outils de transformation culturelle au Barnett Values Center. Il pratique la pleine conscience depuis plus de 10 ans, en mettant l’accent sur les techniques de respiration, et il est passionné par les dernières découvertes en neurosciences.

Résumé de l’intervention

Arnaud Complainville a créé l'Institut NeuroMindfulness en 2016 avec comme problématique centrale de savoir comment la mindfulness pouvait être abordée dans l’entreprise. Il rappelle que le programme de Google : ”Search inside yourself” crée par Chade Meng Tan en 2007 a été une des pierres fondatrices de l’intégration de la méditation dans le monde de l’entreprise. Le programme s'intéresserait à l’intelligence émotionnelle, et à la méditation, avec un accent sur les recherches en neurosciences démontrant leur efficacité. L’objectif était d’augmenter l'attention, la résilience, l’empathie, la compassion, le leadership et de diminuer les réactions au stress.

Une étude publiée en 20161 s’est intéressée aux bénéfices apportés par le programme de mindfulness dans les entreprises. Il en ressort un certains nombre d’impacts à deux niveaux. Tout d’abord, au niveau personnel, les personnes ont une meilleure attention. La mindfulness permettrait aussi une régulation des émotions et une diminution des réactions automatiques et des réactions au stress. Au niveau organisationnel, on observe une amélioration des relations humaines et des performances cognitives au sein de l’entreprise, une sensation de well being et une résilience accrue. Dans les milieux des start-up, une autre étude indique également une meilleure clarté d’esprit et une amélioration de la pensée créative, de la métacognition, le sujet étant plus à même d’observer ses propres pensées sans en être victime et ainsi de mieux gérer ses émotions.

Arnaud Complainville, après un parcours de biologiste et une formation au yoga et à la mindfulness, a développé l’Institut NeuroMindfulness en 2016 à destination des entreprises. L'objectif visé n’est pas d’enseigner la méditation mais d’ouvrir des portes pour que les individus s’intéressent à la mindfulness et leur donner envie d’aller plus loin. Cela peut se se faire par la participation à des retraites, à des programmes MBSR, etc.

L’approche choisie est avant tout scientifique. Une explication du fonctionnement du cerveau est donnée aux personnes participantes, ce qui permet d’aboutir à une meilleure connaissance de soi et des autres. Les outils utilisés sont ceux de la mindfulness, qui comprend la méditation en tant que telle, mais aussi des exercices respiratoires, du yoga, la culture de la gratitude, de la présence à l’autre. Ces pratiques formelles adaptées à chaque situation permettent à tout un chacun.e de développer des qualités exploitables au quotidien dans son travail et dans sa vie personnelle. Chaque personne construit ensuite son propre cocktail. L’Institut a développé en ce sens un programme ad hoc sur la base de l’analysedes besoins des clients. 6 piliers à la base du programme ont été définis : 1/ La performance cognitive (attention, créativité, prise de décision), 2/ la résilience (gestion des émotions, du stress), 3/ la confiance au sein des équipes et envers les leaders, 4/ la communication, 5/ le bien-être et 6/ la recherche de sens. 

A titre d’exemple de projets réalisés en entreprise, l’Institut a ainsi accompagné pendant 9 mois, 16 hauts potentiels, désignés par leur hiérarchie, pour développer leurs compétences de leadership sur différents aspects (leadership de soi, des équipes et du business) (Voir slide : résultat des mesures) 

<p><em>Résultats de l’auto évaluation d’un groupe de 16 hauts potentiels ayant suivi le programme accélérateur de talent.</em></p>

Résultats de l’auto évaluation d’un groupe de 16 hauts potentiels ayant suivi le programme accélérateur de talent.

Pour aller plus loin dans la pratique, des salarié.e.s ont pu participer à des retraites de 5 jours (voir slides mesure de métriques) lors desquelles ils.elles ont expérimenté.e. différentes techniques (journal de gratitude, respiration, méditation, l’écoute en pleine conscience). Ainsi, dans l’esprit de l’Institut ces personnes ont pu mettre en place les jalons de leur pratique individuelle ultérieure. 

<p><em>Retraite d’entreprise Neuromindfulness : résultats de l’auto-évaluation après 5 jours de retraite.</em></p>

Retraite d’entreprise Neuromindfulness : résultats de l’auto-évaluation après 5 jours de retraite.

3 éléments marquants :

  • L’Institut NeuroMindfulness a été développé dans le but d’inspirer les dirigeants à se développer en alliant neurosciences, mindfulness et leadership.

  • Le programme signature “Leading with Wisdom” a été créé pour déterminer les principales problématiques auxquelles les entreprises sont confrontées avec cette approche triple.

  • La mindfulness ne se limite pas à la méditation et un ensemble de techniques sont expérimentées par les personnes participantes aux programmes. Elles choisissent ainsi les plus appropriées à leur situation personnelle et professionnelle.

Pour aller plus loin : 

 Programme “Search inside yourself” de Chade Meng Tan

Connectez vous à vous même” Chade Meng Tan

Comments
6
VB
Vincent Bachelet: Pas d'accord nécessaire
VB
Vincent Bachelet: Italique
VB
Vincent Bachelet: Pourquoi ne pas utiliser “bien-être” ?
VB
Vincent Bachelet: Italique
VB
Vincent Bachelet: “S'intéressait”
VB
Vincent Bachelet: Je ne sais pas si c'est une règle de grammaire mais ça me “choque “ à la lecture